News
Espace presse

Violences et tortures des femmes et des filles dans le contexte de la traite et de la prostitution

WHERE: UN Commission on Status of Women, New York
ON: 12 March
AT: 6:15 pm
VENUE: The Armenian Centre – Guild Hall

Violences sexuelles, tortures, blessures, menaces, mise en danger de mort, atteintes à l’intégrité physique et psychique impactent fortement les victimes du système prostitutionnel.

Des survivantes qui fournissent des services directs et une protection aux femmes torturées et exploitées, ainsi que des experts internationaux dans le domaine de la torture non-étatique (NST) qui plaident en faveur de changements législatifs et systémiques pour combattre la violence sexiste liée à la torture viendront témoigner lors de cet événement.

 

Yves Charpenel, pour la Fondation Scelles, fera part de l'expérience française de la loi du 13 avril 2016 qui a opté pour une approche globale de lutte contre le système prostitutionnel qui criminalise l'achat d'actes sexuels et renforce le soutien, la protection et  l'accompagnement des victimes vers des parcours de sortie de la prostitution.

CHAIR: Emerita Law Prof. Jackie Jones, Chair, Wales Assembly of Women, EWLA
SPEAKERS:
Jeanette Westbrook – survivor of family-based torture and human trafficking
Summer Dickerson - survivor of NST in prostitution
Megan Walker - London Abused Women's Centre, Canada
Christine Stark - survivor of NST in human trafficking
Jeanne Sarson and Linda MacDonald – Persons Against Non-State Torture
Yves Charpenel - President Scelles Foundation
Jackie Jones – WAW, EWLA, Campaigning for a UN Treaty to eliminate VAWG

 >>> Flyer de l'événement

 

La prostitution considérée comme l'exploitation de la vulnérabilité d'une personne dans une déclaration commune des diplomaties françaises et suédoises

Dans une tribune commune, Jean-Yves Le Drian et son homologue suédoise Margot Wallström unissent les diplomaties féministes et abolitionnistes française et suédoise pour lutter contre l'exploitation sexuelle des femmes et des filles. Un véritable temps fort pour l'unification des forces en présence pour lutter de manière globale contre l'exploitation sexuelle en Europe et dans le Monde. " La Suède et la France se sont clairement prononcées contre la normalisation de la prostitution comme emploi. Nous sommes d’avis que la prostitution devrait toujours être considérée comme l’exploitation de la vulnérabilité d’une personne, et donc jamais comme un emploi. Nous refusons l’utilisation de l’expression « travail du sexe » et combattrons son usage."

>>> Texte de la déclaration conjointe

 

 

« DOMMAGE QU’ELLE NE SOIT PAS MORTE » : Quand des militant.e.s pro « sex-work » souhaitent la mort d’une survivante de la prostitution…

le 30 novembre dernier, Rosen Hicher, a été victime d'une attaque verbale de la part de militants pro « travail du sexe », sur le plateau de l'émission de C8 "Balance ton post" consacrée à la pénalisation du client. Alors qu'elle était en train de témoigner sur son vécu en tant que survivante de la prostitution, et de la violence à laquelle elle avait du faire face, un des invités, ainsi qu'une militante du Strass ont déploré qu'elle ait survécu. Une violence intolérable envers une survivante qui n’a pas soulevé beaucoup d’indignation.

Sur le plateau se mêlaient, en plus des intervenant.e.s classiques de l’émission, un panel de militant.e.s pro « travail du sexe » d’un côté, et abolitionnistes de l’autre.

Côté réglementariste :
Samantha Dubois, personne prostituée et militante du STRASS,
Thierry Schaffauser, personne prostituée et porte-parole du STRASS,
Roland Jaccard, écrivain, journaliste (Causeur, Le Monde) et psychanalyste suisse, signataire de « l’appel des 343 salauds ».

Côté abolitionniste :
Solveig Halloin, militante abolitionniste,
Johanna Vrillaud, étudiante et militante abolitionniste,
Rosen Hicher, militante abolitionniste et survivante de la prostitution.

>>> lien vers la vidéo de l’émission
https://video-streaming.orange.fr/tv/pour-ou-contre-la-depenalisation-des-clients-de-prostitution-nombreux-clashs-dans-balance-ton-post-VID0000002IJ0L.html

 

Conviction of Jürgen Rudloff: The end of Paradise!

After 4 years of legal proceedings, the owner of Paradise, a German brothel chain, has been sentenced to 5 years in prison for complicity in human trafficking, forced prostitution, and fraud. All profits gained from these crimes, amounting to 1.3 million euros, has been confiscated. This judicial decision is historic for Germany, a country for which their regulatory policy surrounding prostitution has rendered them the “brothel of Europe.”

 

 

With this decision, justice has been served to some of the biggest stars of German society. Symbols of economic success and a prostitution “free from taboos,” Jürgen Rudloff, the owner of a number of “Paradise” brothels across Germany, and his head of marketing, Michaël Beretin, who was also sentenced to 3 years and 3 months without parole, are regulars on televised talk shows and realty television programs (such as Bordell SOS and Puff my Pimp). Will their arrests, which were announced on the 28th of February, finally incite Germany to challenge their current regulatory approach towards prostitution?

 

L’État de droit contre la marchandisation du corps : conférence organisée par la Fondation Scelles

La Fondation Scelles a organisé le 1er février 2019 une conférence à la Cour de cassation sur le thème "Prohibition de la marchandisation du corps et jurisprudence européenne", en présence de Guido Raimondi, Président de la Cour européenne des droits de l’homme, et Marc Jaeger, Président du Tribunal de l’Union Européenne pour réaffirmer l’importance du cadre juridique européen comme rempart aux violations de la dignité humaine.

Face à l'ampleur du phénomène criminel de la prostitution et de la traite des êtres humains, face à la banalisation de la marchandisation du corps, face à leurs conséquences dramatiques pour les individus et les sociétés, la question de la protection juridique de nos droits fondamentaux est majeure et l'enjeu de la jurisprudence est devenu stratégique. La construction jurisprudentielle européenne apparaît essentielle au respect effectif de l’État de droit, à la lutte contre ce crime organisé à l'échelle mondiale et à la protection contre les atteintes graves aux droits humains.

Comment le droit européen protège t’il les victimes de l’exploitation sexuelle qui constitue une atteinte à la dignité de la personne et une violation des droits humains et du principe de non-marchandisation du corps ? Quel est l’état des lieux factuel et législatif en France, en Europe et dans le monde ? Quels sont les nouveaux défis pour garantir le respect des droits fondamentaux des plus vulnérables et consolider l’État de droit ?

 

The Scelles Foundation in the press

  • (ES - Milenio) El ser humano no está a la venta
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.