News
Espace presse

‘Sexual assistance’: When Welfare State Becomes Pimp State

 

-I can’t believe it, surely, there must be something which would help you.

-Ah look, that would do it.

[Women walk on the street, the camera zooms on their bottoms.]

-I guess we’re all sick when it comes to that, aren’t we? I might be even sicker than you.

Extract from the film Untouchable (2011) by Olivier Nakache and Éric Toledano

 

 

Scene from the film Untouchable (2011)

(Screenshot:https://www.youtube.com/watch?v=p9i_KZ5K9Nw )

 

The film Untouchable is basedon the true story of Phillippe Pozzo di Borgo (played by François Cluzet), anuber-wealthy tetraplegic man, and his broke assistant Abdel Yasmin Sellou, played by Omar Sy. A real Frenchy feel-good movie, the film was heralded as a manifesto for anti-racism and brotherly solidarity, a touching example of men who bond despite their worlds being far apart. That solidarity is truly brotherly since it does not involve women. In one scene, Omar Sy’s character offers a ‘small gift’ to his dear friend: an ear massage for Philippe by two Asian women in prostitution - and probably a ‘happy ending’ for Omar himself[i].

 

Elsewhere, parents put on their brightest smiles: ‘I taught Hugo how to masturbate when he was 12’[ii]. How lovely. Having a disability is enoughto make the words ‘incest’ and ‘sexual abuse (of minors)’disappear. Were you already discriminated against because of the lack of state support? Wonderful, now you’ll also lose protection of your sexual integrity, just because of your disability.

 

The umpteenth debate on the notion of ‘sexual assistance’ is another occasion to recall that this practice is discriminatory both for people living with disabilities and ‘sexual assistants’. The notion reinforces the perception of people with disabilities as assisted persons, namely by reducing their autonomy even in the sexual sphere. It also instrumentalises these people in order to normalise prostitution. Overall, it conveys a negative vision of sexuality as something to be subjected to, to give away, to negotiate with - but never something to be desired. READ >>>

 

 

Technologie et prostitution, un duo infernal pour les femmes


Image tirée du site Paroles de clients (https://prostitueurs.tumblr.com/).

 

Si les nouvelles technologies sont de formidables outils au quotidien, les médias traditionnels soulignent de plus en plus les abus qui peuvent en être fait. Par exemple, la diffusion en direct de la tuerie de Christchurch en Nouvelle-Zélande a soulevé la question de la responsabilité des réseaux sociaux dans la diffusion d’images d’actes de violence. Mais il y a des actes de violence qui ne sont pas perçus comme tels et qui ne sont donc pas médiatisés comme ils le devraient : il s’agit des actes de violences prostitutionnels qui se sont intensifiés et démultipliés à l’aide des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les véritables détenteurs du choix dans la prostitution, les hommes, qu’ils soient du côté de la demande et donc clients-prostitueurs ou du côté de l’offre et donc proxénètes, en profitent pleinement. >>>

 

Une 6ème édition des Prix Jeunes plus que jamais engagée contre l'exploitation sexuelle

Jeudi 30 janvier 2020, la Fondation Scelles clôturait la 6ème édition des Prix Jeunes contre l'exploitation sexuelle lors de la cérémonie de remise des Prix au Hasard Ludique (Paris 18). Lors de cette soirée, en plus des candidat-e-s qui ont pu faire le déplacement, nous recevions plusieurs invité-e-s et intervenant-e-s de tous horizons. L'occasion d'informer, discuter et sensibiliser autour de certains enjeux modernes de la prostitution. Retour sur ce temps fort du mois de janvier.

--> vers le site des Prix Jeunes 2019

 

 

« Le prix de la migration au féminin : viol, violences, prostitution »

 

couv revue empan article fondation scelles prostitution et migration par l'OBIES

Article de Catherine Goldmann de l'Observatoire International à lire dans la revue EMPAN, n°116, « Migrants : accueillir malgré tout »

https://www.editions-eres.com/ouvrage/4534/migrants-accueillir-malgre-tout

Victimes de conflits armés ou de catastrophes naturelles, ou fuyant la précarité et/ou les discriminations ethniques et religieuses, des femmes quittent leur pays pour leur survie. En 2016, au moins 115 000 femmes ou jeunes filles (soit un tiers des 360 000 personnes réfugiées sur cette zone) sont arrivées sur les côtes européennes via les routes méditerranéennes. Pour ces femmes et ces jeunes filles, le prix de la migration sera lourd : agressions sexuelles, viols, prostitution, mariages forcés… Pour elles, la violence est partout et à toutes les étapes de la migration, pendant le voyage, comme dans les pays d’accueil jugés les plus sûrs.

 

 

 

Cyberviolence : la « violence de tous les jours »

Une violence omniprésente et insidieuse, des mineur-e-s surexposé-e-s, un phénomène encore trop méconnu et sous-estimé… C’est le constat alarmant dressé lors du colloque « Cyberviolences – Cybercriminalité », co-organisé par le Conseil national des femmes françaises (CNFF) et la Fondation Scelles, le 2 décembre dernier au Sénat.

 

 

The Scelles Foundation in the press

  • (ES - Milenio) El ser humano no está a la venta
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.