News
Espace presse

P.I.B., coke, crack, et lupanar…

« Les victimes de la traite "sont "produites" à peu de frais dans des pays pauvres et/ou en proie aux conflits armés ou aux guerres civiles, et importées sur les marchés les plus porteurs en termes de marge réalisée", note le document. "Achetées parfois seulement quelques euros", elles rapportent "une moyenne de 150 000 euros net par an dans les pays occidentaux", insiste la Fondation. "Si on multiplie ce chiffre par 2,5 millions, qui est l'estimation de l'ONU sur le nombre de victimes de la traite des êtres humains (dont 85 % victimes d'exploitations sexuelles), ça commence à faire de l'argent en ne parlant que la prostitution en réseau", note Yves Charpenel, Président de cette Fondation. »

A lire sur Agoravox.fr

 

Pénalisation de la demande : le Canada montre la voie

drapeau-canadien

On l'attendait depuis des mois cette proposition après la décision rendue par la Cour suprême du Canada dans l'affaire Bedford. Dans une démarche d'apaisement et d'ouverture, le gouvernement a pris soin de consulter les différents acteurs concernés et de permettre aux Canadiens de donner leurs avis sur les orientations que devraient prendre cette future loi avant de rendre public ses propositions. Un peu plus de 31 000 personnes ont répondu au questionnaire mis en ligne. Résultats : si 66% recommandent la non-criminalisation des personnes prostituées, 56% déclarent être favorables à ce que l'achat de services sexuels constitue une infraction criminelle. 

 

Prostitution : des "sex tours" en province organisés par les proxénètes

« Le phénomène des sex tours se développe depuis 4 ou 5 ans, et il commence à se généraliser" dans toute la France, s'alarme Yves Charpenel, président de la Fondation Scelles, qui publie chaque année un rapport sur l'exploitation sexuelle dans le monde.

A l'instar du trafic de stupéfiants, les réseaux criminels "veulent diversifier l'offre, en ciblant la province sans se cantonner aux grandes villes", ajoute M. Charpenel. "L'idée, c'est de rechercher des marchés qui ne sont pas saturés comme l'est la région parisienne, et où les filles peuvent passer plus inaperçues.»

intégralité de l'article sur rtl.fr

 

Faut-il sanctionner le client de la cyberprostituée ?

AU TRIBUNAL DE L'INTERNET ! La Toile stimule le marché des services sexuels. À vous de juger s'il faut responsabiliser ou non le client.

VIDÉO sur le site lepoint.fr

 

Lutte contre le proxénétisme en France : encore loin du compte

illustration proxbref1Le fichier du casier judiciaire national indique une légère diminution du nombre de condamnations pour proxénétisme : 434 en 2012, contre 475 en 2010. Ce chiffre ne représente que 0,07% de l'ensemble des condamnations prononcées sur le territoire français en 2012 (617 000). Un peu plus de la moitié de ces condamnations concernent des cas de proxénétisme aggravé[1], proportion à peu près constante depuis 2010.

 

The Scelles Foundation in the press

  • (ES - Milenio) El ser humano no está a la venta
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.