Actualités
Espace presse

logo horizontal fr

don en ligne avec notre partenaire Hello Asso

La Fondation Scelles signe une convention de partenariat avec le TGI de Pontoise, l’ARS95 et le groupement de Gendarmerie du Val d’Oise pour la mise en oeuvre des stages "clients" dans le département

A l’initiative du Tribunal de Grande Instance de Pontoise et de l’association ARS95, la Convention pour la mise en oeuvre des stages de sensibilisation à la lutte contre l'achat d'actes sexuels dans le Val d’Oise a été signée mardi 18 juin 2019 en présence de Khady Bathily pour l’association ARS95, Stéphane Brunet commandant du groupement de gendarmerie du Val-d’Oise, Gwenola Joly-Coz Présidente du TGI de Pontoise, Eric Corbaux Procureur de la République et Frédéric Boisard pour la Fondation Scelles. Cette démarche s’inscrit dans le prolongement de l'application de la loi du 13 avril 2016 où la Fondation Scelles est pleinement engagée.

 

 

 

« Cette convention s’inscrit dans la politique globale du Tribunal de Pontoise qui vise à lutter contre l’ensemble des violences faites aux femmes » souligne le Procureur de la République Eric Corbaux. En reconnaissant la prostitution comme une violence, le TGI de Pontoise s’inscrit donc dans la continuité de la loi du 13 avril 2016.

 

Inverser la chargé pénale des personnes prostituées à l’encontre des clients : il s’agit avant tout de réduire la demande pour faire diminuer l’offre d’exploitation sexuelle. Depuis la loi de 2016, les clients s’exposent à des poursuites pénales par l’autorité judiciaire. Désormais, ils pourront être amenés à suivre un stage payant durant une journée pour comprendre les mécanismes de domination et de contraintes qui pèsent sur les personnes prostituées. En cas de récidives, ils s’exposent à des poursuites pénales plus importantes.

 

Ces « stages clients » seront animés par la Fondation Scelles, l’association Agir pour la Réinsertion Sociale (ARS) 95 ainsi que la Gendarmerie du Val d’Oise. La Fondation Scelles est déjà présente sur Paris où elle a été sollicitée par l'APCARS pour co-animer ces journées qui s’avèrent être une réussite à 89%*. Ces stages seront désormais organisés dans le Val-d’Oise dès le mois d’octobre 2019. Explications sur le système prostitutionnel et ses conséquences pour les personnes prostituées, écoute psychologique, explications sur l'infraction de l'achat d'acte sexuel et témoignages seront de mise durant une journée pour prévenir la récidive.

 

« Nous cherchons à nous intéresser aux hommes afin de réduire les violences à l’encontre des  femmes » rappelle la présidente du TGI Gwenola Joly-Coz. Si le regard a longtemps été tourné vers les femmes à travers l’aide aux victimes, il s’agit désormais de s’intéresser aux auteurs de violence pour leur faire prendre conscience des conséquences de leurs actes. Recourir à la prostitution d’une femme revient à exercer sur elle un droit de propriété et s’inscrit comme un acte de domination. La mise en oeuvre de ces stages de sensibilisation à la lutte contre l’achat d’actes sexuels contribue à agir sur les causes plus profondes de ces violences. Ce changement de regard témoigne bien d’une volonté de lutter contre cette problématique par l’institution judiciaire et s’inscrit dans un projet global de société : interdire définitivement toute marchandisation du corps des femmes.

 

*89% des "stagiaires" estiment, à l'issue de la journée, qu'ils "ne recommenceront pas".

 

La Fondation Scelles dans la presse

  • (ES - Milenio) El ser humano no está a la venta
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.